Les erreurs commises par les investisseurs immobiliers

placements immobiliers

Quand vous faites un investissement immobilier afin de placer votre épargne ou d’en tirer un revenu, vous devez gérer cela comme un placement et éviter des erreurs courantes.

Distinguez placements immobiliers et les biens immobiliers destinés à l’usage propre

placer votre épargneDans le premier, vous le faites pour gagner de l’argent, dans le second pour en profiter.

Il est important de séparer ce qui est immobilier pour usage propre à ceux de l’investissement car en les mélangeant il est très possible que vous commettiez l’erreur d’acquérir des biens immobiliers qui sont censés être pour l’investissement mais qui ne sont pas les plus appropriés pour générer des rendements élevés.  Celles-ci ont aussi souvent des limites pour gérer une gestion active, c’est-à-dire acheter et vendre au moment le plus opportun.

Si c’est pour votre usage, achetez ce que vous voulez et à l’endroit que vous voulez. Et gardez-le aussi longtemps que vous le voulez. Si c’est pour l’investissement, pensez à revendre quand c’est approprié.

Tenir compte des frais dans le calcul du rendement

Lors de la construction, vous devez assumer les coûts des actes et des commissions et démarches administratives. Ces coûts doivent être pris en compte dans le cadre du calcul du rendement de l’opération immobilière.

Ne pas se soucier du timing

Croyez-vous que la brique monte et ne descend jamais ? Il a été démontré que si une forte appréciation d’un bien immobilier est réalisée pendant plus de 5 ans, il sera difficilement maintenu.

Le problème est que lorsque la propriété est à un prix très élevé et bien qu’elle soit facile à vendre parce qu’il y a habituellement beaucoup de demande, la plupart ne vendent pas en pensant que la valeur continuera à croître au même rythme. Et c’est là que la grosse erreur est commise.

Il est très important de savoir que tous les 15 à 20 ans qu’un cycle dure ouvre une fenêtre d’opportunité qui dure habituellement 5 ans pour chaque marché et type d’actif dans lequel une propriété s’apprécie très fortement, dans certains cas plus de 10% annuellement. Par conséquent, il est très important d’avoir une idée claire de l’étape du cycle à laquelle vous vous trouvez pour définir si j’achète, maintiens ou vends.

Acheter au mauvais endroit

Un autre grand ennemi est de ne voir l’investissement immobilier que comme un investissement local et pas plus national ou même international.

Si vous faites une gestion active, pensez que les marchés immobiliers ne sont pas forcément tous au même stade du cycle.

L’essentiel est de passer d’une classe d’actifs à une autre sur le même marché ou d’aller sur des marchés différents afin de continuer à améliorer la rentabilité. Pour ce faire, vous devrez probablement chercher des conseillers immobiliers dans différents marchés, car leur portée se limite habituellement aux quartiers et aux types d’actifs.

Vendre à un prix hors marché

Croire que la propriété a une valeur plus élevée ou faire semblant d’obtenir un prix qui n’en vaut pas la peine :  » Si je n’obtiens pas autant, je ne vends pas. Je n’ai pas besoin de vendre. »

Il y a des moments où nous avons des attentes de profits ou des valeurs de vente irréalistes qui n’ont rien à voir avec ce que le marché valide. Cela nous fait garder l’actif et, bien souvent, nous perdons la possibilité de sortir, au meilleur moment et au meilleur prix.  Ensuite, lorsque le marché s’ajuste, en ne le vendant pas, il faut attendre plusieurs années pour obtenir le même résultat ou moins, auquel il faut ajouter le coût d’opportunité perdu.