Quelles déductions fiscales en LMNP ?

Déductions fiscales en LMNP

Investir en LMNP est l’une des solutions préférées des investisseurs qui souhaitent profiter d’une défiscalisation ou d’une réduction d’impôts. En effet, cette solution permet de déduire certaines charges afin de bénéficier d’avantages fiscaux. Découvrez les déductions fiscales en LMNP.

LMNP, c’est quoi ?

Le terme LMNP peut faire référence au régime fiscal de Location Meublée Non Professionnel, mais il peut également représenter le statut de Loueurs en Meublé Non Professionnel. Dans les deux cas, il s’agit d’une location comportant des meubles bien déterminés par la loi à usage non-professionnel. Ainsi, la location peut être ici la résidence principale ou la résidence secondaire d’un loueur. Mais le régime de fiscalité LMNP concerne aussi les résidences d’affaires, les résidences médicalisées, et les locations meublées touristiques qu’elles soient ponctuelles ou saisonnières. En d’autres termes, la LMNP concerne les propriétaires d’habitats meublés qui sont à caractère de location. En optant pour ce régime fiscal, un chef d’entreprise va déclarer ses loyers annuels en, tant que Bénéfices Industriels et Commerciaux pour bénéficier d’un certain plafonnement sur les impôts sur le revenu. Pour vous assurer de votre éligibilité au statut de LMNP, vous pouvez consulter l’avis d’un professionnel ayant de l’expérience et de l’expertise dans le domaine. Julien Vautel, par exemple, est un chef d’entreprise réputé pour ses exploits dans la gestion du patrimoine et peut vous aider à optimiser votre fiscalité selon votre profil.

Les charges déductibles

La déduction fiscale qui donne naissance aux avantages fiscaux de la LMNP et à la défiscalisation dont bénéficient un bon nombre de personnes, est principalement due aux charges déductibles. C’est des charges qu’un dirigeant ou un chef d’entreprise doit payer pour pouvoir exploiter légalement son bien meublé. Elles sont généralement déduites des recettes de l’exploitant. En ce qui concerne la comptabilisation des charges déductibles, il faut d’abord que les factures soient datées du jour du début d’activité, mais la date peut aussi être postérieure à ce moment précis. Les dépenses pour les grands travaux ou pour l’acquisition de mobiliers, lorsqu’elles sont trop élevées, peuvent être classées en dépenses amortissables. Ainsi, le chef d’entreprise qui a opté pour un régime fiscal LMNP peut déduire certaines charges comme les assurances de certains biens, les charges de copropriété, les dépenses liées à l’électricité, les entretiens, certains impôts et certaines taxes et les charges liées aux lignes téléphoniques et au réseau internet. Les charges non courantes comme l’utilisation de logiciels spécifiques ainsi que les prestations d’experts-comptables peuvent également être déduites de la recette par le chef d’entreprise. Cependant, il est convenable de souligner que cette liste de charges déductibles n’est pas exhaustive et elle peut donc comporter d’autres charges selon votre situation.

L’amortissement LMNP

Les dépenses amortissables font également partie des éléments qui génèrent des avantages fiscaux aux adeptes du régime fiscal LMNP. Il s’agit des dépenses supérieures au plafond précisé par les autorités compétentes. Pour la France par exemple, ce plafond monte jusqu’à 600 euros. Comme pour les charges déductibles, la comptabilisation des dépenses amortissables doit se faire à partir de la date de début de l’activité menée par le chef d’entreprise. Par définition, l’amortissement LMNP reflète la perte de valeur d’un bien en question pendant une durée allant de 3 à 10 ans. Le dirigeant peut alors déduire annuellement un montant correspondant à cette perte de valeur de ses recettes pour une fiscalité plus avantageuse. Les dépenses amortissables sont généralement les travaux effectués dans l’habitat ou dans le local, le mobilier qu’un dirigeant a acheté pour servir à meubler le bien immobilier en question, etc. Cependant, pour que la liste des dépenses amortissables soit recevable, elle doit être réaliste, justifiable, probable et la durée mentionnée, elle doit correspondre à l’utilisation du bien. Un bon conseillé comme Julien Vautel vous indiquera par exemple que la durée moyenne de l’amortissement d’un bien va de 30 à 40 ans. Cela vous aidera à mentionner une durée plus réaliste pour l’amortissement de votre bien.

Conditions pour un statut LMNP

Le choix du bon statut fiscal va vous aider à bénéficier de multiples avantages fiscaux sur le loyer comme la défiscalisation par exemple. Vous pouvez donc selon votre statut fiscal profiter soit d’une réduction d’impôts soit d’une exonération d’impôts si votre profil et vos critères sont conformes aux conditions exigées. Une grande partie des LMNP proposées par les professionnels dans le domaine de l’investissement comme julien vautel concernent généralement les résidences en services neufs. Toutefois, si vous voulez bénéficier d’un statut LMNP, il est primordial de respecter certaines conditions. Notamment, le propriétaire doit mettre son bien en location à titre d’habitation, c’est-à-dire non-professionnelle. Cela n’exclut pas les usages saisonniers à l’exemple d’une résidence destinée au tourisme ou comme pour une résidence d’affaires, une résidence étudiante et tout autre type d’usage à caractère temporaire. De même, le propriétaire doit fournir les meubles nécessaires qui feront de son bien une location meublée. Si vous souhaitez avoir la liste des meubles et des accessoires nécessaires à respecter à cet effet, il est recommandé de demander conseil à un professionnel dans ce domaine. D’ailleurs, ce type de professionnel est généralement un chef d’entreprise ou un expert en gestion de patrimoine qui pourra vous donner d’autres conseils avisés en ce qui concerne vos investissements immobiliers.

Profiter de conseils en ligne pour investir
L’investissement locatif à Miami, comment investir ?